Les biais cognitifs sont une façon de penser qui pousse à porter un jugement ou à prendre une décision rapidement, en occultant souvent une réflexion rationnelle. Utiles dans certaines situations, ils peuvent aussi entrainer des choix trop rapides : face à la densité d’informations, le cerveau prend des raccourcis et nous conduit à des erreurs de perception et d’évaluation.

Les biais cognitifs influencent donc nos choix et dans le cadre du recrutement, ils nous empêchent de rester objectifs. Mieux vaut donc les connaître pour les maîtriser et réaliser le meilleur recrutement possible.

Voici 11 des biais cognitifs les plus répandus, et des astuces pour éviter qu’ils n’influencent notre décision !

#1 – Effet de récence : On se souvient plus facilement des dernières informations qu’on a reçues.

Ce biais peut vous conduire à préférer le dernier bon candidat rencontré, tout simplement parce que vos échanges sont plus « frais » dans votre mémoire.

Astuce Mozaïk RH : remplissez pour chaque entretien une même grille d’évaluation de l’échange, et relisez-les à froid. Evitez toute décision hâtive !

#2 – Effet de simple exposition : vous vous sentez plus proche de personnes que vous avez déjà rencontrées auparavant.

Ce biais vous fait favoriser les candidats que vous avez déjà pu rencontrer à l’occasion d’un salon par exemple, ou que vous avez aidé à rejoindre le processus de recrutement, par rapport à un candidat que vous rencontrez pour la première fois.

Astuce Mozaïk RH : ne conduisez pas l’entretien seul, faites-vous accompagner d’une personne qui n’aura pas rencontré auparavant les mêmes candidats que vous, et laissez cette personne s’exprimer en premier sur son ressenti.

#3 – Effet de primauté : la première impression compte énormément dans l’impression générale que nous donnera une personne. On a ensuite tendance à mettre de côté les informations qui ne vont pas dans le sens de cette première impression.

Ainsi, vous aurez tendance à considérer qu’un candidat qui arrive en retard est peu sérieux, ou qu’un candidat qui a une bonne poignée de main est une personne qui a confiance en elle.

Astuce Mozaïk RH : prendre conscience de sa 1ère impression, mettre en suspens ce 1er jugement, prendre du recul et attendre d’avoir une vue globale à l’issue du recrutement.

#4 – Biais de projection : On a tendance à favoriser les individus qui pensent et raisonnent comme nous.

En tant que recruteur, vous risquez de favoriser les candidats avec lesquels vous avez des points communs, que ce soient des hobbies, des valeurs, une école de formation…

Astuce Mozaïk RH : Posez-vous la question : est-ce que ces éléments communs sont pertinents par rapport au poste ?

#5 – Biais de stéréotype : nous faisons tous des généralisations excessives dont on tire des conclusions hâtives.

Ce biais vous conduit à considérer un candidat pratiquant un sport d’équipe comme nécessairement sociable et peu enclin à travailler seul ou à considérer un candidat sortant d’HEC comme plus sérieux qu’un candidat sortant de la Fac.

Astuce Mozaïk RH : questionner les croyances et les idées reçues derrière les étiquettes, en considérant chaque cas dans sa spécificité. Le risque étant d’avoir des jugements hâtifs et de passer à côté d’un bon candidat.

#6 – Biais de cadrage : vous avez une idée précise du candidat que vous recherchez et cela se ressent dans vos questions.

Vous allez poser des questions qui permettront au candidat d’orienter sa réponse, telle que « Diriez-vous que vous êtes quelqu’un de créatif ? ». Le risque : que le candidat ne se montre pas sous son vrai jour.

Astuce Mozaïk RH : Préparez vos questions en avance et relisez-les plusieurs fois pour vous assurez qu’elles ne suggèrent pas de réponse au candidat. Privilégiez des questions ouvertes, qui n’appellent pas une réponse en Oui ou Non.

#7 – Effet de contraste : on a une tendance naturelle à vouloir tout comparer.

Si un candidat vous a particulièrement plu, vous ne cesserez pas de le comparer avec les prochains candidats reçus. Vous irez donc aux autres entretiens avec moins de ferveur et surtout moins d’objectivité.

#8 – Biais d’extraordinaireté : on a tendance à donner plus de valeur à quelqu’un qui possède une caractéristique extraordinaire.

Pourtant est-ce que parler 8 langues ou avoir fait 3 fois le tour du monde est vraiment pertinent pour un poste de comptable ?

Astuce Mozaïk RH : reposez-vous toujours sur les compétences et les savoir-être que vous avez définis comme nécessaires pour le poste et n’évaluez que ceux-ci lors de l’entretien.

#9 – Biais de naïveté : lorsque les émotions prennent le pas sur notre jugement.

Ce biais consiste à considérer comme vrai tout ce que vous dit le candidat et à vous laisser séduire par de belles paroles. Il joue principalement sur les recruteurs novices ou les managers opérationnels peu familiers avec l’exercice.

Astuce Mozaïk RH : Chaque compétence avancée par le candidat doit être illustrée par des réalisations concrètes, des exemples, que vous pouvez vérifier par ailleurs si possible. Vous pouvez aussi réaliser des mises en situation qui évaluent plus objectivement les compétences du candidat.

#10 – Biais de l’entomologiste : quand les émotions n’ont pas leur place dans notre choix.

Ce biais nous pousse à ne prendre notre décision que sur des éléments techniques et pragmatiques. Or les soft skills jouent un rôle clé dans la valeur d’un candidat et doivent aussi être évalués à l’occasion d’un entretien.

Astuce Mozaïk RH : Pour évaluer les soft skills, invitez le candidat à mettre en perspective ses expériences en termes de freins et de bénéfices. La façon de vivre et de parler de chaque événement vous donnera des indices.  

#11 – Effet de Dunning-Kruger

Les moins compétents auront tendance à surestimer leurs capacités. Au contraire, les plus compétents minimiseront les leurs. Ayez cela en tête au moment des recrutements pour mieux comprendre les candidats.

Découvrez notre offre de conseil, recrutement et formation.