« Venir à l’Ascenseur, c’est une façon pour mes équipes de s’imprégner de ce qui se passe dans la société française ». Bernard Gainnier ne cache pas sa satisfaction en cette soirée d’été : sous son impulsion, il a réuni l’ensemble de son comité de direction dans les locaux de Bastille pour une journée de travail et de rencontres. Une première pour le président du cabinet PwC France et Maghreb engagé, au côté de Mozaïk RH et des associations de la coalition de l’Ascenseur, en faveur de la croissance inclusive. A cette occasion, il partage sa vision de l’inclusion et ses projets avec notre cabinet de recrutement.

Quelles valeurs communes partagez-vous avec Mozaïk ?

Nous sommes convaincus de la nécessité pour tous les acteurs de l’inclusion de se fédérer. C’est d’ailleurs l’idée originelle de la coalition de l’Ascenseur : permettre à tous ceux qui interviennent dans la chaine de valeur de l’inclusion économique de travailler ensemble. Avant d’être un lieu, l’Ascenseur est donc une idée : avec Mozaïk, nous croyons à la force du collectif pour aborder la question complexe de l’inclusion et atteindre, ensemble, des objectifs communs.

Comment cette idée se traduit-elle concrètement ?

Ce qui m’intéresse chez Mozaïk RH, c’est que ses équipes nous apportent un autre regard à l’intérieur même de PwC. Je veux qu’elles interviennent au sein de notre entreprise pour nous aider à recruter des profils d’origines socio-culturelles diverses. Concrètement, au cours de l’exercice 2019-2020, cette intervention a consisté à faire évoluer nos dispositifs de recrutement pour atteindre nos objectifs de diversification de nos talents. Parallèlement, Mozaïk RH permet aussi de changer le regard de nos associés sur le recrutement de jeunes qui ont un parcours différent des leurs. Mon comité de direction a récemment participé à une session de formation dédié aux biais inconscients. C’est comme ça que PwC changera.

Que vous apporte cette ouverture ? Quelle est la finalité de cette démarche pour votre entreprise ?

Du « social washing » ? Non ! PwC recrute beaucoup de jeunes. C’est dans notre ADN. Notre moyenne d’âge est de 29 ans. Or, que nous disent-ils ces jeunes à l’issue de leur formation ? : « on veut vous évaluer sur votre capacité à avoir un impact sociétal et environnemental ». Si à partir de là, nous ne sommes pas capables de répondre à leur demande en renforçant notre politique d’inclusion, alors, seul « le business pour le business » prime. Dans trois ou quatre ans, « la ressource » finit par quitter l’entreprise parce que nous n’avons pas été capables de donner du sens à son investissement. C’est ma conviction personnelle : pour avancer, l’entreprise doit être incluse elle-même dans la société. Elle ne doit pas se considérer comme « un système » qui utilise « les ressources » en fonction de ses besoins sans se soucier de son impact.

Cette relation avec Mozaïk RH peut-elle aller encore plus loin : avez-vous des projets communs ?

J’ai besoin d’une relation dans la durée. Mozaïk RH peut nous aider à continuer à recruter dans la diversité. Et même à accélérer dans cette voie… L’an dernier, nous étions à une trentaine de recrutements. Il faut aller encore plus loin, encore plus vite. Une autre priorité est de faire émerger des « rôles modèles » capables d’accéder à des hautes responsabilités. Il faut pouvoir montrer que des jeunes issus de territoires moins privilégiés sont capables, demain, de devenir des associés de PwC. Sans compter le rôle que peut jouer Mozaïk RH dans le déploiement de Mouv’Up (voir ci-dessous). Pour tout cela, Mozaïk RH est un levier et une aide. C’est un acteur de la disruption, du changement et de l’innovation.

« Mozaïk RH a un rôle à jouer dans Mouv’Up »

Initiée par Bernard Gainnier et l’ancien maire de Sevran Stéphane Gatignon, Mouv’Up vise aussi à favoriser l’inclusion des jeunes les plus éloignés de l’emploi et situés dans les territoires moins privilégiés. « Mozaïk RH a évidemment un rôle à jouer dans Mouv’Up », souligne le président de PwC France et Maghreb. Notamment en apportant son savoir-faire en termes de matching de compétences. Bernard Gainnier se dit d’ailleurs prêt à faire entrer Mozaïk RH dans le conseil d’administration de la coalition pour rejoindre, par exemple, France Active ou encore Havas. L’idée est « simple » : partir du besoin en recrutement de l’entreprise et créer, avec différents acteurs de l’inclusion (associations, organismes de formation etc.), une chaîne de valeurs pour permettre l’installation durable dans l’emploi. En clair, chaque maillon de la chaîne apporte son expertise pour « assembler les solutions ». Objectif : « 150 jeunes cette année, peut-être 500 l’an prochain », conclut le président de PwC.